Les pâtisseries étrangères qui font saliver l’Europe...

Les pâtisseries étrangères qui font saliver l’Europe...

Dans leurs pays respectifs, ces pâtisseries font partie du patrimoine. Revisitées par des chefs ou adaptées à nos palais, elles connaissent un joli succès en France et en Europe. La gamme des produits Les vergers Boiron offre une multitude de saveurs qui conviennent parfaitement à toutes ces recettes inventives.

 

Le Donut (ou Doughnut)

Origine : Etats-Unis
Histoire: La recette de ce beignet rond et sucré a été importée aux Etats-Unis au XIXème siècle par les migrants hollandais. Il y a même un National Doughnut Day depuis 1938 en l’honneur des femmes qui servaient ces beignets aux soldats américains pendant la Première Guerre mondiale. Depuis, le donut s’est diversifié en versions glacées, fourrées au chocolat ou aux fruits.
Adaptation : Certains pâtissiers ont importé cette spécialité en déclinant la recette dans des parfums plus locaux et plus originaux : caramel au beurre salé, crème brûlée, voire sirop d’érable/bacon/pomme ou abricot et cardamone.
 

Le Taiyaki

Origine : Japon
Histoire : Cette pâtisserie en forme de poisson (« tai » signifie dorade, symbole de chance au Japon) fourrée de pâte de haricots rouges sucrés est née à Tokyo au début du XXème siècle, avant de se diffuser dans tout l'archipel. Consommés toute l’année à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, les Taiyakis constituent un encas idéal pour apaiser les petites faims des bambins au moment du goûter.
Adaptation : La mode récente des pâtisseries japonaises les place sur le devant de la scène chez les spécialistes, qui les revisitent. Toutes les déclinaisons sont possibles en leur ajoutant du chocolat, de la crème, du fromage, de la tomate ou de la purée de pomme.
 

La gelée anglaise

Origine : Angleterre
Histoire : Ce dessert à base de gélatine ou de pectine de fruits, s’est développé en France et en Angleterre au XVIIIème siècle. Toutefois, ce sont les Anglais qui en ont fait un plat traditionnel, dont raffolent plus particulièrement les enfants.
Adaptation : Les pâtissiers l’utilisent de plus en plus pour créer des desserts légers, frais et fondants, en y ajoutant du champagne ou des fruits en coulis. Certains s’en servent même pour construire des desserts aux formes audacieuses, aux allures de monuments historiques : ponts, cathédrales, aéroports, tout y passe pour le bonheur des yeux et surtout des papilles.
 

Le cake pops

Origine : Etats-Unis
Histoire : Sans que leur origine soit bien déterminée, les cakes pops sont des dérivées des « cakes balls », de la génoise ou plus simplement des restes d’autres gâteaux, mélangés à du glaçage, roulés en boule et enrobés de chocolat.
Adaptation : Plusieurs chefs et spécialistes de la pâtisserie ont repris la recette en y adjoignant des bâtons de sucettes (« lolly pops » en anglais), et s’autorisant ensuite toutes les fantaisies en variant les ingrédients (pâte d’amande, gâteau aux fruits, enrobages de sucre colorés…) et surtout les formes (animaux, personnages de dessins animés…).
 

La Whoopie pie

Origine : Etats-Unis
Histoire : Ce gâteau officiel de l’état du Maine, sorte de sandwich de gâteau fourré à la crème était surtout consommé par les fermiers amish et les mineurs au début du XXème siècle, parce qu’il était simple à transporter dans les boîtes à déjeuner. Facile à manger, il s’est très vite répandu dans tous les états.
Adaptation : La composition de la whoopie pie en fait une pâtisserie très facile à adapter localement. Rivalisant avec les macarons, les deux tranches de gâteau peuvent être plus ou moins moelleuses, contenir du chocolat, du nougat ou même de la betterave, tandis que la crème centrale se décline en caramel, purée de fraise, coulis de citron ou crème de marron. Une fois montée, place à la personnalisation avec une décoration originale aux tons acidulés.
 

Le cupcake

Origine : Angleterre ou Etats-Unis
Histoire : Le cupcake est né au XIXème siècle, quand les ménagères se mirent à composer des recettes dont le moule était de la taille d’une tasse (« cup »), afin de cuire plus vite. Il a connu un essor dans les années 50, pendant les fêtes d’Halloween, de Thanksgiving ou de Noël. Très prisé depuis une dizaine d’années, il joue pleinement la carte de la fantaisie et de la gourmandise tout en illuminant avec élégance les centres de tables.
Adaptation : Facile, le cupcake peut se décliner en variantes caramélisées, fruitées ou même aux légumes (le poivron, par exemple), selon les régions où il est importé.

 

 

 

 

Avril 2012