Une relation privilégiée entre les producteurs et Les vergers Boiron

Une relation privilégiée entre les producteurs et Les vergers Boiron

Les vergers Boiron ont accueilli à Valence Thibaut Ruggeri, Bocuse d’Or 2013. À cette occasion, Didier Fabre, producteur de figues de Solliès, a évoqué avec passion son travail et sa rencontre avec la marque.

« Mes champs de figuiers sont situés entre Toulon et Hyères, au sud du Var. C’est mon grand-père dans les années 50 qui s’est lancé dans la culture de figuiers, puisqu’il possédait une terre qui pouvait être irriguée avec soin, condition nécessaire à la pousse de beaux arbres.
D’abord locale, la vente de nos figues atteint Paris dans les années 60 grâce au transport routier frigorifique, d’où l’appellation « la parisienne »
, premier petit nom de notre figue.
D’autres producteurs nous rejoignent, la culture se développe dans les années 80 avec l’arrivée de nouvelles sources en eau via le Canal de Provence. Nous créons alors le syndicat de défense de la figue de Solliès pour protéger et obtenir une reconnaissance officielle de notre production de qualité. Ce sera chose faite avec l’obtention en 2006 du label de l’Appellation d’Origine Contrôlée.


Une culture rigoureuse pour des fruits magnifiques
L’AOC implique une conduite rigoureuse des vergers : 250 arbres à l’hectare, taille obligatoire, irrigation responsable (goutte à goutte et micro aspersion), des fruits calibrés au taux de sucre entre 17 et 19 brix, traçabilité, avec le numéro de parcelle, la date de cueillette et un conditionnement normalisé.
Pour ma part, j’ai choisi d’éliminer totalement tout désherbant, de procéder à un entretien hivernal par les troupeaux et de n’apporter que des amendements organiques.

C’est dans ces années-là que nous rencontrons un homme et une entreprise qui vont nous faire aller bien plus loin.
Nous découvrons en Alain Boiron un homme passionné par son travail et nos fruits, un industriel qui ne parle pas que de prix. Avec un regard franc et avisé, beaucoup de simplicité, il nous a guidé et fait progresser.
A notre grande surprise, Les vergers Boiron nous ont demandé de cueillir nos fruits au meilleur stade possible de maturité, avec un taux de sucre de 19 à 23 brix ! Une exigence et un défi qui ont remis en question tout notre savoir-faire, de la cueillette à la livraison. Il nous a fallu revoir nos procédures et former notre personnel. La matière première qui arrive de nos vergers est placée sous froid positif (12 h à 2 °C) pour la stabiliser et minimiser le début du procédé naturel d’oxydation et de fermentation, favorisé par un taux de sucre élevé et des températures hautes. Puis elle est surgelée à -26 °C. Nous pouvons ainsi garantir le goût, les arômes, les qualités nutritives et la couleur d’origine.
Tout se fait sur notre exploitation. En termes de froid industriel, nous sommes devenus totalement indépendants pour éliminer les risques de rupture de la chaîne du froid.

Depuis des années, notre relation avec Les vergers Boiron est bien plus que celle d’un simple fournisseur à un acheteur. Ensemble, nous partageons nos expériences et nos savoir-faire, mais surtout l’amour du fruit et de l’excellence. C’est une entreprise industrielle qui a su garder l’âme d’un artisan. »