Matériel de bar

Matériel de bar


Que vous soyez débutant ou professionnel, voici des ustensiles indispensables derrière le comptoir... et d’autres qui épateront vos clients.

Les indispensables

1/ Le pilon (« muddler »)
Spécialement conçu pour les cocktails, cet ustensile en bois, en plastique ou en métal sert à écraser des plantes comme les feuilles de menthe, des fruits ou broyer le sucre. Très utile pour les Mojitos, les Caipirinha ou les Caipiroska par exemple. Les grands servent à piler les ingrédients dans un verre à mélange. La bonne technique : tourner en appuyant (sans jamais taper) permet de libérer davantage les arômes grâce aux pointes situées au-dessous du pilon.

2/ Le shaker
Il y a le shaker « Continental », appelé aussi « Manhattan », apparu en Europe au début du 20e siècle, c’est le plus esthétique. Mais aussi le très répandu shaker trois-pièces en métal (fin 19e siècle), qui a pour seul inconvénient d’être plus lent à manipuler, et donc de laisser les glaçons se diluer avec la boisson. Et enfin le shaker « Boston », composé d’un grand verre et d’une timbale pour secouer. C’est le plus efficace : il est plus grand, on peut réaliser plusieurs boissons à la fois, il permet l’émulsion parfaite et le rafraîchissement d’ingrédients de natures diverses et de densités différentes. La bonne technique : mettre les glaçons d’abord, ne remplir qu’aux 2/3, tenir fermement le shaker une main à la base l’autre au sommet, pour éviter les fuites, secouer en frappant, filtrer les glaçons.

3/ Le verre à mélange
Ce grand verre à bord épais, en verre, en métal ou en plastique, avec ou sans bec verseur, est un verre à forte contenance permettant de mélanger à la cuillère des cocktails qui ne doivent pas être secoués. Il est gradué pour pouvoir mesurer précisément les ingrédients et garantir ainsi l’équilibre des liquides et des goûts. La bonne technique : mettre les glaçons d’abord, mais ne pas les garder dans la boisson finale : ils sont moins secs et fondent plus vite.

4/ La cuillère à mélange (« mixing spoon »)
Cette longue cuillère torsadée permet d’atteindre le fond d’un verre à mélange pour remuer les ingrédients de haut en bas et ainsi obtenir un mélange homogène. Elle peut aussi servir à doser les quantités d’alcool et de soft. En la retournant, on peut s’en servir pour faire couler les liquides sur la paroi du verre pour réaliser des cocktails à étages. La bonne technique : agiter rapidement la cuillère de haut en bas, mais ne pas la faire tourner dans le verre.

5/ La passoire à cocktail (« strainer »)
Grâce à son ressort hélicoïdal, la passoire sert à retenir dans le shaker les glaçons, ou les pépins oubliés… Ces passoires sont souvent utilisées en complément de passoires au tamis composé de mailles extra resserrées qui retiennent les éléments les plus fins composés généralement de fruits. Sauf pour les shakers à trois éléments qui en comportent déjà une intégrée au goulot. La bonne technique : Facilement lavable et de composition acier inoxydable elle assure une hygiène et une propreté impeccable à vos mélanges. Bien s’assurer de la fixation sur le dessus du verre.
Image of Verres
6/ Le verre
Le type de verre dépend du type de cocktail à réaliser. Ce sont souvent des considérations pratiques qui ont décidé de leur design. Mais parfois aussi l’esthétique !
> Le tumbler (ou highball) Pour les long drinks, sa forme allongée permet d’empiler les cubes de glace pour rafraîchir le cocktail dans son intégralité.
> Le verre à whisky (ou lowball) Le tumbler mais en petit format, pour les short drinks. Et pour la clientèle masculine.
> La flûte Pour les cocktails simples et élégants, et les cocktails au champagne.
> Le verre à Martini Très pratique pour servir les short drinks, notamment ceux au Martini.
> Le cheminée Haut et étroit, très pratique pour les cocktails à étages ou à dégradés.
> Le verre à Brandy Sa forme large et arrondie permet de conserver tous les arômes.
> La chope Pour les cocktails chauds car le verre est plus résistant et l’anse évite de se brûler.
> La coupe Idéale pour les cocktails agrémentés de fruits, grâce à son bord large. Très utilisée aussi pour les cocktails au champagne.

7/ Les produits Les vergers Boiron en format bouteille
Pour vos cocktails à base de fruits, Les vergers Boiron vous proposent un format bouteille conçu pour répondre aux spécificités de votre métier et qui s’intègre idéalement derrière le bar. Vous disposez de produits prêts à l’emploi qui s’utilisent comme du fruit frais sorti du blender et qui ne bouchent pas les pailles. Des saveurs 100 % naturelles sans arôme, sans colorant, sans épaississant et sans conservateur (Fraise, Framboise, Mûre, Pêche blanche, Grenade, Fruit de la passion, Mangue, Citron Jaune, Citron vert et Orange sanguine), conditionnées dans des bouteilles en plastique souple avec bouchon à pointe verseuse, pour doser avec précision. Contenance 480 g en carton de 12. La bonne technique : décongeler entre +2 °C et +4 °C pendant 24 heures pour une qualité optimale, agiter avant emploi et utiliser comme un fruit frais.


Les insolites

La cloche pour des expériences gustatives et olfactives originales et inattendues.
En verre de préférence, cet ustensile ultra-classe permet d’immerger le cocktail dans une fumée d’arômes, avant de le servir. L’effet de révélation est étonnant lorsque la fumée se dissipe. Dans son bar le Mojito Lab à Paris, exclusivement consacré au Mojito, Laurent Greco l’utilise pour le Smokey Mojito, un mojito fumé à la menthe poivrée séchée.

L’injection haute pression pour réaliser des cocktails qui se mangent !
Egalement utilisé au Mojito Lab à Paris, cet appareil à haute ou basse pression permet d’injecter du liquide dans un aliment solide, comme un fruit par exemple. Un classique de Laurent Greco : le Mojito Pastèque injecté, un cocktail de sirop de pastèque, d’angostura bitter, de feuilles de menthe et de citron vert injecté à -8 bars directement dans le fruit.

Le pianocktail
La fameuse machine imaginée par Boris Vian dans L’Ecume des jours a été créée il y a quelques années par Voel Martin. Il s’agit d’un piano capable de préparer de savoreux breuvages tandis que le pianiste joue de la musique. Vous choisissez votre alcool ou mélodie et passez commande auprès du pianiste. Avec cette invention singulière, il est donc désormais possible de boire sa propre musique, mais toujours avec modération ! « Un trille bien placé mélangera le rhum au sirop de sucre de canne et la dose de téquila sera déversée par un fa dièse ». Il existe aussi des cocktails sans alcool pour les enfants et les femmes enceintes. Et pour les fins de soirée, une gouttière récupère les « fausses notes, les doses de vodka égarées et les giclées de jus de gingembre » en un cocktail baptisé « le cercueil ».

Le Morskoiboy, une machine à écrire pour concevoir des cocktails
Inventée par un Russe, cette machine composée d’un clavier de 26 lettres actionnant des pompes à liquide permet de composer des cocktails et fait suite à la récente création du piano à cocktail. Chaque lettre correspond à une saveur, une couleur ou un nom. Les liquides sont ensuite aspirés dans la machine puis dans le verre. Soit plus de 300 millions de cocktails possibles pour un mot de 6 lettres toutefois l’inventeur ne garantit pas le goût de toutes les combinaisons…